Déficit commercial en Chine !

avril 13, 2010 0 Par Michel Santi

Certaines estimations, probablement extrêmes, accusent la politique chinoise du Yuan faible de priver des centaines de milliers – voire des millions – de travailleurs Américains de leur emploi. Leurs calculs, assez simplistes partant du principe que chaque milliard de dollars de dollars de déficit commercial US représente un certain nombre de places de travail, ont toutefois été troublés par les statistiques commerciales chinoises ayant été déficitaires – pour la première fois depuis six ans – d’un montant de 7.2 milliards de dollars en Mars 2010!

Pour surprenant dans un contexte o๠la Chine semble ces dernières années en état d’excédents chroniques, ce déficit du mois de Mars dernier se doit d’être replacé dans son contexte … saisonnier. En fait, alors que le flux des exportations chinoises est à son climax en automne, soit lors de la période précédant Noà«l, il a tout naturellement tendance à se tasser au printemps sachant que, tout comme une hirondelle ne fait pas le printemps, un mois déficitaire peut faire partie intégrante d’un très fort excédent annuel.

Néanmoins, c’est une nette augmentation des importations – de 66% par rapport à Mars 2009 – qui a inversé cette statistique mensuelle supposée être légèrement positive en un chiffre négatif. Pour autant, ces marchandises importées en Chine sont-elles constituées de produits finis – signe d’une amélioration de la consommation dans ce pays – ou s’agit-il tout bonnement d’une recrudescence d’achats de matières premières? La demande intérieure s’accroà®trait-elle en Chine – avec l’espoir d’un ré équilibrage des flux commerciaux internationaux – ou est-ce le secteur industriel du pays qui, anticipant une forte augmentation de ses exportations grâce à une meilleure croissance mondiale, intensifie son approvisionnement en matériaux bruts?

Toujours est-il que la Chine ne manquera pas d’exploiter ce déficit mensuel en tant que preuve de restructurations intérieures entreprises dans le but de stimuler sa consommation afin de tenter d’amoindrir les fortes pressions Américaines à l’encontre de sa devise … même s’il est quasiment acquis que le mois d’Avril (et les suivants) redeviendront favorables.

De fait, il est crucial que les chiffres commerciaux chinois soient excédentaires car la Chine ne permettra le raffermissement de sa monnaie que si son industrie exportatrice bénéficie d’une bouffée d’oxygène, autrement dit de réserves suffisantes, après une crise financière ayant considérablement freiné son activité.