Une Allemagne hypocrite

novembre 28, 2010 0 Par Michel Santi

Les responsables politiques Allemands font preuve d’indécence quand ils critiquent et font la leçon aux Etats-Unis. Que penser en effet de l’attitude de leur infaillible Ministre des Finances Schauble qui, émettant tout récemment des réserves vis-à-vis du programme de baisses de taux quantitatives Américain, fit valoir que les USA n’aidaient vraiment pas leurs partenaires…? Ecoutons le: ” Les succès Allemands à l’exportation sont basés sur l’augmentation de la compétitivité de nos entreprises et non sur des manipulations monétaires. Le modèle de croissance Américain est, en comparaison, paralysé dans une crise profonde … Les USA ont vécu trop longtemps à crédit tout en agrandissant leur secteur financier et en négligeant leur base industrielle. Les problèmes US ont plusieurs sources, les surplus Allemands ne sont pas une de ces sources…”.  

Imbus par leurs excédents, les Allemands ignorent manifestement les règles élémentaires car la corrélation entre leur propre modèle de croissance orienté entièrement sur l’export et leurs partenaires commerciaux est pourtant incontestable. N’est-il pas pour le moins hypocrite que l’Allemagne s’érige en donneuse de leçons vis-à-vis de nations comme les Etats-Unis (mais aussi de pays Européens comme la Grèce et bien d’autres…) alors même que c’est grâce aux déficits de ces pays et du fait même de leur propension à vivre au-dessus de leurs moyens qu’elle-même (l’Allemagne) peut dès lors bénéficier de confortables surplus?  

La comparaison est en fait encore plus choquante au sein même de l’Union Européenne qui, en tant que bloc, offre une balance des paiements relativement équilibrée vis-à-vis du reste du monde. En effet, les comptes de l’Union étant précisément un jeu à somme nulle, les excédents d’un pays membre sont systématiquement contre balancés par les déficits d’un autre… Ainsi, l’Allemagne étant le partenaire commercial (de loin) dominant (et dominateur) en Europe du point de vue de ses excédents commerciaux, il va donc de soi que les nations pauvres de l’Union et autres laissés pour compte de ce bloc monétaire ne pourront jamais espérer renouer avec des surplus salutaires dont ils auraient néanmoins un besoin vital. 

Que l’Allemagne soit reconnaissante à la BCE qui, grâce à ses interventions, est pour le moment parvenue à sauver l’Euro … car les PIGS auraient aujourd’hui complètement sombré si l’on devait suivre les directives du Gouvernement Merkel.