Révolution de Velours à la Fed

December 15, 2008 0 By Michel Santi

Les décisions pour le moins énergiques et spectaculaires de la Réserve Fédérale US ces derniers mois se sont doublées d’une sorte de “révolution de velours ” à l’intérieur même de cette Banque Centrale : Les pouvoirs des Présidents régionaux de la Fed et des présidents de district, membre de droit du Federal Open Market Committee (FOMC ), comité seul habilité à décider de la politique monétaire Fédérale, ont été – en même temps que les taux d’intérêt du pays – réduits à zéro!

Effectivement, Bernanke et son Conseil d’administration basé à Washington ont continuellement abusé de leurs pouvoirs car l’intégralité des mesures consistant à injecter des liquidités dans des pans entiers de l’économie a été décidée sans aucune concertation avec les autres membres du FOMC! Pourtant, à un moment crucial et sans précédent o๠la Réserve Fédérale s’apprête à appliquer des électrochocs, toute absence de cohésion et toute dissonance de la part du FOMC sont susceptibles d’être interprétées par le marché comme un signe de confusion et saper le reliquat de crédibilité dont pourrait encore bénéficier la Fed…

Une conférence téléphonique organisée le mois dernier dans le cadre du programme d’aide Fédéral de 600 milliards de Dollars en faveur du marché immobilier illustre parfaitement la domination de l’élite Washingtonienne. En effet, en dépit de sujets abordés tels que la diminution des coà»ts du crédit, sujets relevant de la compétence du FOMC, les 12 Présidents régionaux de la Fed, furent réduits à écouter parler les membres de l’administration de Bernanke sans même être appelés à voter! Cette réduction drastique du pouvoir des Présidents régionaux et des présidents de district de la Fed s’est de fait constamment manifestée à l’occasion de la conception et de la mise en place des mesures d’exception, mesures quasi unilatéralement décidées par Bernanke et par Timothy Geithner, Vice-Président du FOMC et Président de la Fed de New York, mais également ci-devant Secrétaire au Trésor d’Obama…

Du reste, la stratégie de la Réserve Fédérale US a été double tout au long de cette crise. Si c’est le FOMC, composé des Gouverneurs et des Présidents, qui a baissé les taux d’un total de 4.25% depuis Septembre 2007, c’est le Conseil des Gouverneurs qui a décidé tout seul des injections massives de liquidités destinées à sauver des entreprises comme AIG. Ces dernières mesures ont rendu l’instrument classique de politique monétaire que sont les taux d’intérêts nettement moins efficient et percutant car ces injections de liquidités ont de facto fait baisser le taux d’intérêt au jour le jour en-dessous du taux officiel défini par le FOMC…Ainsi, alors que le taux officiel était de 1% la semaine dernière, le taux effectif des Fed Funds, lui, était de l’ordre de 0.33%.

Ce phénomène, qui peut certes se manifester occasionnellement, ne peut être considéré comme accidentel car il s’est inscrit dans la durée dans le cadre de cette crise et doit donc directement être imputé à la Fed dont les actions tentent d’infléchir les taux longs. La Banque Centrale US est donc sciemment sortie de son rôle de pourvoyeuse de liquidités et, du reste, certains Présidents régionaux questionnent ouvertement cette nouvelle fonction de sauvetage des titulaires de prêts que s’est attribuée la Fed…En effet, est-ce le rôle d’une Banque Centrale de porter ainsi secours à un secteur donné de l’activité économique? De même, est-ce la Fed avec ses deniers qui doit assumer le succès des stimuli fiscaux car il semblerait bien qu’elle adapte ses achats d’actifs en fonction de la nature du stimulus appliqué?

La Fed adoptera cette semaine des mesures inédites destinées à comprimer le coà»t du crédit à long terme, Bernanke ayant clairement annoncé qu’il initierait des achats massifs de bons du Trésor et autres d’obligations. A cette occasion, les Présidents de district pourraient bien – encore une fois – faire tapisserie et cautionner des décisions prises par d’autres…Les Présidents régionaux et les présidents de district de la Fed seraient-ils les victimes inattendues de la crise?