Périls en la demeure chinoise

December 9, 2008 0 By Michel Santi

Les investissements “exotiques”, témoins de feue la bulle du crédit, comme la Bourse de Shanghai, la dette Russe ou encore la Roupie Indienne sont passés à la trappe. L’investisseur lambda se réfugiant à présent dans le bon du Trésor américain à 3 mois, placement perçu comme sécuritaire par excellence dont la rémunération a chuté à 0.02% ! En fait, après les frais, vous devez aujourd’hui payer pour que Washington vous garde votre argent. Un mythe a également rendu l’âme : celui de la période bienfaisante qui verrait de plus en plus de pays et de sociétés émergeants converger vers un grand marché libéral n’imposant aucune restriction sur les flux de capitaux et de marchandises et o๠la prospérité serait la meilleure alliée de l’ordre.

Car l’heure de vérité semble avoir sonné pour certains de ces pays comme la Chine. Ayant tout misé sur une industrie d’exportation en masse de produits de basse et de moyenne gamme ne lui laissant que de très faibles marges bénéficiaires, ce pays se retrouve aujourd’hui à la croisée des chemins du fait d’une chute libre de ces exportations résultant en une dévastation de pans entiers de certains secteurs comme le textile, l’ameublement et le jouet. La Banque Centrale de Chine a dà» modifier deux fois la semaine dernière la bande de fluctuation du Yuan par rapport au Dollar dans une tentative fébrile de gagner des parts de marché supplémentaire à l’exportation pour sauver certaines industries ! Pour la première fois en une décennie, le Yuan a ainsi été dévalué dans un contexte o๠le marché anticipe une dévaluation de 10% de plus pour 2009. L’appréciation de 20% du Yuan en trois ans a donc été stoppée net par le Politburo Chinois, le Président Hu Jintao évoquant en termes châtiés ” une perte de compétitivité”…

Le ralentissement Chinois – c’est certain – aggravera la crise économique mondiale mais le plus délicat est ailleurs : La Chine amplifiera-t-elle l’onde de choc déflationniste à travers le monde ? La Chine ne fait pas partie de ces pays qui peuvent laisser leur Devise baisser, de ces pays comme les Etats-Unis ou la Grande Bretagne dont la balance des paiements accuse un fort déficit. La Chine est le pays au monde bénéficiant de l’excédent commercial le plus massif, ses autorités jouent avec le feu en pratiquant de telles dévaluations du Yuan et risquent au passage d’envenimer de manière irrémédiable des relations déjà tendues avec ses partenaires commerciaux ! Les temps changent pour tout le monde, y compris pour la Chine, qui avait su faire preuve de retenue et de détermination en ne permettant pas au Yuan de se dévaluer lors de la crise Asiatique de 1997-1998…

C’est une vraie crise que traverse la Chine attestée – entre autres – par le dernier rapport choquant de la Banque Mondiale révélant l’effondrement de la part des salaires chinois dans le P.I.B. de 52 à 40% depuis 1999 ! La déroute du modèle économique Chinois fait gronder le mécontentement populaire, des manifestations inédites pour ce pays ayant récemment secoué les régions de Guangdong et de Longnan. Ue stimulus qui se monte à 14% du P.I.B. a certes été mis en place par Pékin mais ces mesures se bornent essentiellement en instructions émises par l’autorité centrale vers les différentes provinces leur enjoignant de dépenser plus sans leur en donner les moyens.
Les autorités n’ont pas encore intégré un élément fondamental de la pensée libérale : la relance par la consommation intérieure…En l’absence de motivations idéologiques, le régime actuellement en place sait que son sort est intimement dépendant de la prospérité de ses sujets.