L’Etat dans tous ses états

June 12, 2010 0 By Michel Santi

Le glissement du pouvoir et des richesses d’Ouest vers l’Est et vers le Sud se poursuivra irrémédiablement dans les années à venir. Le contraste est du reste saisissant car les pays, entreprises, ménages, consommateurs et titulaires de prêts immobiliers du monde dit “développé” sont subjugués par leurs dettes alors même que les nations phares émergeantes, dites du BRIC, évitent jusque là cette calamité et ont au moins ensemble le point commun d’avoir su maintenir des déficits insignifiants.

Après les crises à répétition pendant une vingtaine d’années du Tiers-Monde, bienvenue donc dans la crise qui emportera ce qui reste de la prospérité du Premier-Monde!

Certes, quoi de plus naturel que de maintenir son endettement sous contrôle dans un contexte de forte croissance connue ces dernières années par des pays qui, par ailleurs, n’ont pas énormément investi dans leurs infrastructures… Il n’en reste pas moins que notre monde sera de plus en plus marqué – qualitativement et quantitativement – par un Occident (Europe et USA) dont la croissance d’ores et déjà anémique sera en outre sérieusement entamée par les efforts à consentir pour résorber les déficits … quand ce n’est pas tout simplement pour ne plus les creuser. Quoiqu’il en soit, cette austérité programmée et inévitable – qui se traduira par un recul notoire de la consommation et des dépenses publiques – restreindra d’autant plus nos trains de vie et celui de nos Etats qu’il semblerait bien qu’une aggravation de la récession ne soit à craindre pour le restant de 2010…

Notre foi en l’Etat et en des Gouvernants capables de guider les générations futures tout en assumant nos retraites et notre système de santé via une taxation juste et rationnelle rend l’âme. En fait, la frivolité et l’inconséquence de nos responsables n’ont fait que transférer le fardeau gigantesque des déficits contractés par leur mauvaise gestion vers nos enfants et petits-enfants. Il est temps de repenser le rôle de l’Etat.